Articles

wenercon-presse

Wenercon : les banquiers et les financiers se mobilisent pour appuyer la transition énergétique

L’APTBEF (Association Professionnelle Tunisienne des Banques et des Etablissements Financiers) co-organise avec Peco Energy et le Chapitre tunisien de l’AEE, la troisième édition de Wenercon 2022, placée cette année sous le thème « Banque durable & accès à la finance verte pour les PME & BEF ».

L’événement, qui se déroule du 22 au 25 février courant, vise à fournir une compréhension commune du changement climatique, de ses impacts et de ses effets sur le business, les instruments innovants et les sources de financement pour des projets respectueux de l’environnement. Il réunit plus de 200 participants représentant le secteur industriel, les professionnels des PME, les experts financiers et les acteurs du secteur bancaire pour débattre sur le financement, le changement climatique, l’adaptation ou encore le risque que le changement climatique fait peser sur le portefeuille des petites et moyennes entreprises et d’une institution financière. Il s’agit également d’identifier les opportunités et les mesures pour l’élaboration d’une stratégie de lutte contre le changement climatique.

Mme Mouna Saïed, Déléguée Générale de l’APTBEF, a déclaré, lors de l’allocution d’ouverture de l’événement, que malgré les efforts consentis depuis 50 ans à l’échelle mondiale, le climat pose toujours problème. Tout le monde est appelé à redoubler d’effort et à se mobiliser pour atteindre les objectifs de développement durable afin de laisser aux générations futures un environnement où elles pourront vivre dignement et s’épanouir. « Il s’agit également d’accompagner les entreprises dans leur transition énergétique », a-t-elle poursuivi.

Invitée à Tunis, Mme Laurie Wiegand-Jackson, Présidente et fondatrice d’Utility Advantage & AEE Legend in Energy and Founder of CWEEL USA, a axé son intervention sur un autre sujet non moins important à savoir la participation de la femme et son rôle dans la transition énergétique. Elle a considéré que les femmes constituent un levier important de croissance d’après plusieurs expériences. « Les entreprises qui recrutent plusieurs femmes au sein de leurs structures et dans des postes à responsabilité et de décision sont jusqu’à 47% plus performantes que les autres entreprises », a-t-elle affirmé. Cela se justifie, selon elle, par le fait que « les femmes leaders accordent plus d’attention à tout ce qui est performance environnementale, à l’anticorruption et à la transparence ». Elle a appelé, dans cette optique, à former les femmes, à mieux les orienter et à les coacher pour qu’elles soient conscientes des opportunités sur le marché du travail.

De son côté, M. Ayoub Baba, Président de l’AEE Tunisia Chapter, a mis en exergue l’importance de la transition vers les énergies vertes, tout en soulignant que réussir cette transition ne peut se faire sans l’engagement et la participation d’un partenaire important qui est le secteur bancaire.

Il a indiqué par ailleurs que sa structure travaille sur plusieurs projets dont une stratégie d’adaptation qui s’articule autour de plusieurs étapes. Il s’agit principalement d’identifier l’impact du changement climatique sur l’entreprise et d’évaluer les risques et les opportunités en vue d’établir les mesures requises d’adaptation.

Quant à M. Steven Fawkes, Managing Partner EP Group du Royaume-Uni, celui-ci a focalisé sur la question du financement, en expliquant tout d’abord que les demandes de l’énergie sont de plus en plus importantes et qu’une baisse de la consommation de l’énergie classique est difficile à réaliser.

A l’occasion, ont été présentés les résultats d’une étude réalisée par le cabinet McKinzy qui démontre que l’énergie solaire a toujours été sous-estimée. « Il y a plusieurs exemples expliquant pourquoi les établissements financiers devront s’intéresser à la transition énergétique, comme le profit qui est devenu de plus en plus important, la réduction des risques, ainsi que la responsabilité sociétale des entreprises », a dit M. Fawkes.

Dans le but de mener à bien cette transition énergétique, l’intervenant a proposé d’établir une stratégie claire avec une feuille de route stratégique qui détermine le rôle de chacun. La communication pour rapprocher et mobiliser les porteurs de projets avec les établissements financiers, ainsi que la diversification des instruments de financement, sont également fondamentales pour faire réussir cette stratégie.

Carlos Mollinedo, économiste en chef à la BAD (Banque Africaine de Développement), a présenté de son côté les outils et les mécanismes de financement de la banque. Il a souligné le changement de la stratégie de la BAD allant de plus en plus vers le financement des énergies renouvelables depuis 2011. « En Tunisie, nous menons 41 opérations d’un montant total de 1,7 milliard d’euros dont 4 dans le secteur de l’électricité avec un montant total de 300 millions d’euros », a-t-il précisé.

Pour conclure, M. Mohamed Alaoui, expert en finance verte et atténuation du changement climatique, USA, a indiqué qu’il est important d’accéder aux fonds dédiés à la finance verte, soulignant qu’il existe différents mécanismes de financement dont ceux réservés à l’adaptation. Il s’agit précisément d’investissements dans l’infrastructure.

Lors de la première journée de l’événement, les organisateurs ont distribué les prix de Wenercon aux représentants des banques et des entreprises les plus engagées dans l’économie verte et la transition énergétique.

Liste des lauréats:

Best Green Bank:

1er Prix :  Amen Bank

2ème Prix : Attijari Bank

3ème Prix : UBCI

Best RSE Manager:

1er Prix :  Mme Yousser Achich de l’UBCI

2ème Prix : Melle Mejda Ben Hassine de l’ATB

Best Project Energy:

Azur Papier financé par Amen Bank

Best Woman in Energy Award:

Melle Noura Laaroussi

Best Corporate Energy Management :

Groupe Rose Blanche

Best Energy Engineer :

Mme Mariem Maazi

Energy Research Project Project of the Year :

Mme Ons Farah Tbessi

Best Energy Manager :

Mr. Omar Ben Hamed

 

msb-universite-tunis

Sortie de la première cohorte de doubles diplômés MSB Tunis et HEC Montréal

Dans le cadre du partenariat qui lie la Mediterranean School of Business (MSB), relevant de la South Mediterranean University (SMU), à l’université HEC Montréal, une première cohorte de 35 apprenants se sont vu remettre récemment leur certificat attestant de leur réussite à un mini MBA organisé  conjointement par les deux établissements.

Il s’agit d’un programme post-bac certifiant non diplômant dispensé en langue française à des cadres actuellement en exercice pour répondre à des besoins actuels.

A l’occasion de la cérémonie de remise des diplômes, Pr Mahmoud Triki, président-fondateur de la MSB-SMU, a rappelé que le partenariat stratégique avec HEC Montréal remonte à l’année 2014, correspondant au lancement du double diplôme, licence MSB et Bachelor HEC Montréal. Plus d’une centaine d’étudiants ayant démarré à la MSB sont actuellement à HEC Montréal dans le cadre de ce partenariat. Il a également salué l’extension de ce partenariat à l’école d’ingénieurs MedTech avec le lancement cette rentrée universitaire 2021-2022 du programme ingénieur-manager. Les étudiants inscrits dans ce programme auront à la fin des 5 années d’études le diplôme d’ingénieur de MedTech et le Bachelor en Business Administration de HEC Montréal.

Présent à la cérémonie, Son Excellence Patrice Cousineau, ambassadeur du Canada en Tunisie, s’est félicité de la longue coopération dans différents secteurs existant entre la Tunisie et le Canada et de l’extension de cette coopération au milieu académique. S’adressant aux participants, l’ambassadeur a formulé le vœu de les voir contribuer au renforcement des relations tuniso-canadiennes dans le milieu des affaires.

Actuellement, une deuxième cohorte de 38 participants prend part au Mini MBA et la Cohorte 3 est prévu pour Janvier 2022. Tout comme les MBA traditionnels, le mini-MBA s’adresse aux cadres et dirigeants d’entreprises qui sont déjà en activité et qui souhaitent actualiser leurs connaissances ou qui cherchent à relever de nouveaux défis sur le plan professionnel.

Tous ces programmes sont des formations d’élite qui s’inscrivent dans le cadre de la politique d’excellence de la SMU avec des partenaires de renommée internationale.

Il est à noter que d’autres programmes gradués sont actuellement en cours de développement avec un lancement prévu en 2022.

A propos de la South Mediterranean University (SMU)

Fondée en 2002, la South Mediterranean University (SMU) est la première Université anglophone en Tunisie. Elle est installée aux Berges du Lac 2 à Tunis. Son école (MSB) offre des programmes de Licence, de Masters et d’Exécutive MBA ainsi que des séminaires de courte durée couvrant les différentes fonctions de l’entreprise en anglais, en français et également en arabe. La SMU dispose également d’une école d’ingénieurs, le Mediterranean Institute of Technology (MedTech) et d’un centre de langues (Language and Culture Institute – LCI).

Au cours des dernières années, la SMU s’est incontestablement imposée comme l’une des vitrines du savoir-faire éducatif tunisien, reposant sur une qualité de formation devenue une référence académique dans le bassin méditerranéen et en Afrique, attirant des étudiants d’une quarantaine de nationalités différentes et s’appuyant sur un cadre enseignant hautement qualifié et titulaire de doctorats d’universités nord-américaines et européennes. Ses programmes de Masters et d’Executive MBA sont accrédités par l’Association des MBAs basée à Londres (Grande Bretagne) et son programme de Licence par l’organisme européen EFMD (Belgique).

Exemples de retombées de presse:

Site d’informations BusinessNews

Journal en ligne Kapitalis

Site Réalités online

agence-communication-tunisie

Article paru sur le sujet dans le magazine Entreprises du mois de novembre 2021.

Article paru dans le journal Le Quotidien le 10 octobre 2021.